L’efficacia della lobby francescana il consociativismo clericale di PD e PDL.

(in francese in basso) Può dirsi laico un paese che ri­co­no­sce come “so­len­ni­tà civile” il pa­tro­na­to re­li­gio­so di due santi? Può dirsi laico un paese in cui a un evento re­li­gio­so in onore di un santo par­te­ci­pa­no il pre­si­den­te e i due più im­por­tan­ti rap­pre­sen­tan­ti alla Camera alta dei due prin­ci­pa­li par­ti­ti? Può dirsi laico un paese in cui quei due rap­pre­sen­tan­ti, in­sie­me al vi­ce­pre­si­den­te di quella stessa Camera alta, un mese dopo quel­l’e­ven­to, pre­sen­ta­no un pro­get­to di legge per at­tri­bui­re co­spi­cui fondi alla ba­si­li­ca in cui si è svolto quello stesso evento?

Inginocchiati ad Assisi

Il due ot­to­bre ha luogo, presso la Ba­si­li­ca di Assisi, un In­con­tro ce­le­bra­ti­vo per la Festa di San Fran­ce­sco: San Fran­ce­sco il più ita­lia­no dei Santi. Pre­sie­du­to dal pre­si­den­te del Senato Renato Schi­fa­ni (Pdl), vi par­te­ci­pa­no il ca­po­grup­po Pdl Mau­ri­zio Ga­spar­ri, la ca­po­grup­po Pd Anna Fi­noc­chia­ro e una ple­to­ra di re­li­gio­si. Le par­te­ci­pa­zio­ni isti­tu­zio­na­li non si fer­ma­no qui: al ter­mi­ne della con­ce­le­bra­zio­ne uf­fi­cia­le del quat­tro ot­to­bre è pre­sen­te anche il pre­si­den­te della Re­gio­ne Friu­li-Ve­ne­zia Giulia, Renzo Tondo (Pdl), che porta il suo saluto e offre “l’olio per la lam­pa­da votiva dei Comuni d’I­ta­lia”. Il cinque e il sei ot­to­bre è il turno del pre­si­den­te Gior­gio Na­po­li­ta­no, della se­gre­ta­ria Cgil Su­san­na Ca­mus­so e del mi­ni­stro del­l’e­co­no­mia Cor­ra­do Pas­se­ra, tutti con­ve­nu­ti per il Cor­ti­le dei Gen­ti­li. Il di­cian­no­ve ot­to­bre, presso il Sacro Con­ven­to di Assisi, ha infine luogo la pre­sen­ta­zio­ne del libro Re­li­gio­ni e po­li­ti­ca nel mondo glo­ba­le di Van­ni­no Chiti (Pd), vi­ce­pre­si­den­te del Senato. L’au­to­re ha il pri­vi­le­gio di di­scu­ter­ne con il ve­sco­vo di Assisi e con altri due frati fran­ce­sca­ni.

con­tri­bu­to di 200.000 euro annui a favore della Ba­si­li­ca di San Fran­ce­sco in Assisi

Nem­me­no un mese dopo, in Senato plana un di­se­gno di legge. A pre­sen­tar­lo è Anna Fi­noc­chia­ro, a sot­to­scri­ver­lo sono Mau­ri­zio Ga­spar­ri e Van­ni­no Chiti. Con­si­ste di due soli ar­ti­co­li, in cui si chiede di ero­ga­re un con­tri­bu­to di 200.000 euro annui a favore della Ba­si­li­ca di San Fran­ce­sco in Assisi, “per l’e­se­cu­zio­ne di in­ter­ven­ti di ma­nu­ten­zio­ne or­di­na­ria al­l’in­ter­no e al­l’e­ster­no della Ba­si­li­ca me­de­si­ma”. Lavori che non ver­ran­no nem­me­no ef­fet­tua­ti dallo Stato: la somma andrà in­fat­ti ver­sa­ta “alla Cu­sto­dia ge­ne­ra­le del Sacro Con­ven­to di Assisi”, che evi­den­te­men­te la ge­sti­rà in pro­prio.

Un esem­pio da ma­nua­le del­l’ef­fi­ca­cia della lob­by­ing fran­ce­sca­na. E del cle­ri­ca­li­smo pa­vlo­via­no dei nostri po­li­ti­ci.

L’appeal francescano

La ri­chie­sta di un con­tri­bu­to non è in fin dei conti nem­me­no una sor­pre­sa. San Fran­ce­sco d’As­si­si fu pro­cla­ma­to pa­tro­no d’I­ta­lia (in­sie­me a Santa Ca­te­ri­na da Siena) da Pio XII nel 1939. Con la legge 132 del 1958 lo Stato ita­lia­no recepì nel pro­prio or­di­na­men­to il prov­ve­di­men­to pon­ti­fi­cio, e sta­bi­lì che il 4 ot­to­bre, giorno in cui la Chiesa com­me­mo­ra san Fran­ce­sco, sa­reb­be d’ora in poi stata “so­len­ni­tà civile”. Nel 2005, an­zi­ché abo­li­re quel­l’a­na­cro­ni­smo cle­ri­ca­le, una nuova legge, la numero 24, con­si­de­rò il 4 ot­to­bre anche “gior­na­ta della pace, della fra­ter­ni­tà e del dia­lo­go tra ap­par­te­nen­ti a cul­tu­re e re­li­gio­ni di­ver­se”. Avete capito bene: la festa di un santo cat­to­li­co quale gior­na­ta ideale per il dia­lo­go tra cul­tu­re e re­li­gio­ni di­ver­se.

Non solo. Si decise al­tre­sì che il quat­tro ot­to­bre siano “or­ga­niz­za­te ce­ri­mo­nie, ini­zia­ti­ve, in­con­tri, in par­ti­co­la­re nelle scuole di ogni ordine e grado, de­di­ca­ti ai valori uni­ver­sa­li in­di­ca­ti al primo comma di cui i Santi Pa­tro­ni spe­cia­li d’I­ta­lia sono espres­sio­ne”. Tale legge, va ri­cor­da­to, ri­scos­se un con­sen­so più che bi­par­ti­san. Ap­pro­va­ta in una le­gi­sla­tu­ra di destra, già il suo pro­get­to fu sot­to­scrit­to anche da di­ver­si par­la­men­ta­ri dei due par­ti­ti co­mu­ni­sti.

la destra iden­ti­ta­ri­sta che ce­le­bra i pro­tet­to­ri della Patria e la si­ni­stra pau­pe­ri­sta e pa­ci­fi­sta che ce­le­bra il Po­ve­rel­lo

Tra­di­zio­ni che si in­con­tra­no: la destra iden­ti­ta­ri­sta che ce­le­bra i pro­tet­to­ri della Patria e la si­ni­stra pau­pe­ri­sta e pa­ci­fi­sta che ce­le­bra il Po­ve­rel­lo. Che poi i fran­ce­sca­ni, in­sie­me ai do­me­ni­ca­ni, siano stati i più ze­lan­ti di­ri­gen­ti dei Tri­bu­na­li del­l’In­qui­si­zio­ne, nonché i più attivi pro­ta­go­ni­sti della sta­gio­ne co­lo­nia­le cat­to­li­ca, quasi nes­su­no ci tiene a ri­cor­dar­lo. Noi lo fac­cia­mo: ma si sa, i po­li­ti­ci ci con­si­de­ra­no i soliti in­caz­zo­si che amano andare con­tro­cor­ren­te, ri­fiu­tan­do­si di ce­le­bra­re i fasti di Santa Romana Chiesa.

Molti ita­lia­ni con­si­de­ra­no la pro­pria na­zio­ne “un paese di santi, poeti e na­vi­ga­to­ri”. E di po­li­ti­che che con molta re­to­ri­ca tra­ghet­ta­no la na­zio­ne verso la cle­ri­ca­liz­za­zio­ne ce ne sono tanti e pres­so­ché ovun­que. Per re­sta­re a epi­so­di re­cen­ti, la Re­gio­ne Ca­la­bria ha isti­tui­to con legge la festa di un altro san Fran­ce­sco, quello di Paola, do­tan­do­la di ben 50.000 euro l’anno. I Beni cul­tu­ra­li, di­ret­ti dal cat­to­li­co Or­na­ghi, non hanno ov­via­men­te voluto essere da meno, e hanno stan­zia­to un mi­lio­ne e mezzo di euro per co­strui­re su un rudere il san­tua­rio de­di­ca­to al santo stesso.

Tor­nia­mo dunque alle do­man­de ini­zia­li. A meno che non fac­cia­te pro­pria la de­fi­ni­zio­ne di lai­ci­tà del Va­ti­ca­no, che con­si­ste in pra­ti­ca nel­l’ac­co­gli­men­to pub­bli­co di ogni sua ri­chie­sta di con­tri­bu­ti e pri­vi­le­gi, con­ver­re­te con noi che quel paese non può essere de­fi­ni­to laico. Non solo perché queste scelte non hanno nulla di laico, ma anche perché non può dirsi laico un paese in cui i prin­ci­pa­li par­ti­ti po­li­ti­ci si mo­stra­no così proni nei con­fron­ti delle ge­rar­chie ec­cle­sia­sti­che. Ci pia­ce­reb­be, oh sì, quanto ci pia­ce­reb­be essere smen­ti­ti.

L’as­so­cia­zio­ne UAAR

L'efficacité du lobby franciscain et le « consociativisme » clérical du PDL et du PD

Peut-il s'affirmer laïque un pays qui reconnaît comme « solennité civile » le patronage religieux de deux saints ? Peut-il se prétendre laïque un pays où à un événement religieux en l'honneur d'un saint participent le président et les deux principaux représentants à la Chambre haute (Sénat) des deux partis principaux ? Peut-il se déclarer laïque un pays où ces deux représentants, avec le vice-président de cette même Chambre haute, un mois après cet événement, présentent un projet de loi pour attribuer des fonds importants à la basilique dans laquelle s'est déroulé ce même événement ?

Agenouillés à Assise

Le deux octobre a eu lieu, dans la Basilique d'Assise, une Rencontre commémorative pour la Fête de Saint François : Saint François le plus italien des Saints. Présidé par le président du Sénat Renato Schifani, Pdl, y ont participé le chef de groupe Pdl Maurizio Gasparri, le chef de groupe Pd Anna Finocchiaro et une pléthore de religieux. Les participations institutionnelles ne s'arrêtent pas là: à la fin du concélébration officielle du quatre octobre est présent aussi le président de la Région Friuli-Venise Giulia, Renzo Tondo (Pdl), que apporte son salut et offre "l'huile pour la lampe votive des Communes de l'Italie." Le cinq et le six octobre, ce fut le tour du président Giorgio Napolitano, de la secrétaire Cgil Susanna Camusso et du ministre de l'économie Corrado Passera, tous rassemblés pour la Cour des Gentils (1). Le dix-neuf octobre, au Sacré Couvent d'Assise, a lieu finalement la présentation du livre « Religions et politique dans le monde global » de Vannino Chiti, Pd, vice-président du Sénat. L'auteur a le privilège d'en discuter avec l'évêque d'Assise et avec deux autres moines franciscains.

Pas même un mois après, au Sénat un projet de loi atterrit. Anna Finocchiaro le présente, Maurizio Gasparri et Vannino Chiti le cosignent. Il se compose de deux articles seulement dans lesquels on demande de distribuer une subvention annuelle de 200.000 Euros au service de la Basilique de Saint François à Assise, "pour l'exécution d'interventions d'entretien ordinaire à l'intérieur et à l'extérieur de la Basilique même." Travaux qui ne seront pas effectués par l'État non plus: la somme sera en effet versée "à la Garde générale du Sacré Couvent d'Assise", qu'il la gérera évidemment en propre.

Un exemple de manuel de l'efficacité du lobbying franciscain et du cléricalisme pavlovien de nos politiciens.

L' « appeal » franciscain

La demande d'une subvention n'est pas non plus en fin de compte une surprise. Saint François d'Assise fut proclamé patron de l'Italie, avec Sainte Catherine de Sienne, par Pie XII en 1939. Avec la loi 132 de 1958, l'État italien intégra dans son propre ordre la mesure pontificale, et établit que le 4 octobre, jour où l'Église commémore Saint François, serait à partir de maintenant une "solennité civile." En 2005, plutôt que d'abolir cet anachronisme clérical, une nouvelle loi, la numéro 24 considéra le 4 octobre aussi comme « journée de la paix, de la fraternité et du dialogue entre « appartenants » à des cultures et des religions différentes. » Vous avez bien compris : la fête d'un saint catholique : « journée idéale pour le dialogue entre cultures et religions différentes. »

Non seulement. On décida que le quatre octobre « soient organisées des cérémonies, des initiatives, des rencontres, en particulier dans les écoles de chaque ordre et degré, dédiées aux valeurs universelles indiquées au premier alinéa dont les Saints Patrons spéciaux de l'Italie sont l'expression. » Il faut rappelé qu'une pareille loi reçut un consentement plus que bipartisan. Approuvée dans une législature de droite, son projet fut souscrit déjà également par différents députés des deux partis communistes.

Des traditions se rencontrent: la droite identitaire qui célèbre les protecteurs de la Patrie et la gauche paupériste et pacifiste qui célèbre le Poverello. Qu'ensuite, les franciscains aient été avec les dominicains les dirigeants plus zélés des Tribunaux de l'Inquisition, ainsi que les protagonistes les plus actifs de l'ère coloniale catholique, presque personne ne tient à le rappeler. Nous le faisons: mais on sait, les hommes politique nous considèrent comme les habituels excités qui aiment aller à contre-courant en refusant de célébrer les pompes de Sainte Église (Catholique, Apostolique et) Romaine.

Nombre d'Italiens considèrent leur propre nation comme « un pays de saints, poètes et navigateurs. » Et des politiques qui avec beaucoup de rhétorique poussent la nation vers la cléricalisation, il y a en beaucoup et presque partout. Pour rester aux épisodes récents, la Région de la Calabre a institué par la loi la fête d'un autre Saint François, celui de Paola, en la dotant de bien 50.000 Euros l'an. Le Ministère des Biens culturels, dirigé par le catholique Ornaghi, n'a évidemment pas voulu être en reste, et il a affecté un million et demi d'Euros pour construire sur une ruine le sanctuaire dédié au même saint.

Revenons donc aux questions initiales. À moins que vous n'acceptiez la définition de la laïcité du Vatican qui consiste en pratique dans l'acceptation publique de toutes ses demandes de subventions et de privilèges, vous conviendrez avec nous que ce pays ne peut pas être déclaré laïque. Non seulement parce que ces choix n'ont rien de laïque, mais aussi parce que ne peut pas se déclarer laïque un pays dans lequel les principaux partis politiques se montrent ainsi soumis vis-à-vis des hiérarchies ecclésiastiques. Il nous plairait, oh oui, combien il nous plairait être démentis.

(1) Cour des Gentils

On verra et de source sûre qu'il s'agit là d'un fameux attrape-nigaud, une sorte de glu pour coller les crédules au saint siège divin ; bref, d'un authentique « piège à cons ». Aucun laïque véritable ne se laisserait prendre à pareille bondieuserie.

Voici donc – afin que nul n'en ignore – ce qu'en disait Benoît XVI en 2009.(Discours à la Curie Romaine, 21 Décembre 2009) :

« Je pense que l’Église devrait aujourd'hui aussi ouvrir une sorte de « Cour des Gentils », où les hommes puissent d'une certaine manière s'accrocher à Dieu, sans le connaître et avant d'avoir trouvé l'accès à son mystère, au service duquel se trouve la vie interne de l’Église. Au dialogue avec les religions doit aujourd'hui surtout s'ajouter le dialogue avec ceux pour qui la religion est une chose étrangère, pour qui Dieu est inconnu et qui, cependant, ne voudraient pas rester simplement sans Dieu, mais l'approcher au moins comme Inconnu". »

Segnalazioni e approfondimenti, Uncategorized, , , , Permalink

Leave a Reply